mercredi 1 juin 2016

Grand Prix de Monaco 2016







Salut les gars ! Ça va ?

Je vais essayer de dire deux ou trois trucs à propos du dernier Grand Prix de Monte-Carlos-Gohn, mais en général quand c'est Machin qui gagne, j'ai envie de rien dire du tout.

Et puis ça fait des années que la liste des vainqueurs est anorexique et ça continue. Ça vous donne envie de vous éclatez, vous ??

Donc là on a Monaco.

Ricciardo fait la pole. C'était la première, il paraît ! Je savais pas, j'm'en fous ! Mais effectivement, j'ai vu qu'après les qualifs, au moment de cabotiner comme ils font toujours tous dès qu'ils obtiennent un bon résultat, eh ben ! la bouche du Daniel avait une taille exceptionnelle, encore plus que d'habitude. Un blanc !... Mais un blanc les amis !... Un alignement parfait, des gencives impeccables !...




Bon.

Arrive le dimanche. Il pleut.

Autrefois, quand il pleuvait au moment du départ, c'est con à dire mais les pilotes démarraient et faisaient leur course, c'est dingue, hein ?. Ne vous foutez pas de ma gueule, ça se passait exactement comme ça, vous pouvez vérifier ! Autant les années 60 c'était les années flower power, les années 80 les années Pascal Sevran, nos années 2010 ce sont les années psychose-sécurisante-pathologique.



C'est quand même comique de voir des officiels avec la psychose au ventre faire démarrer les pilotes comme des gamins de maternelles sur un circuit où par beau temps ils tracent à 200 à l'heure à trois mètres des façades d'immeuble !



Je sais ce que vous allez dire : ils ont besoin de s'habituer à la piste mouillée, ils leur faut prendre leurs marques en gros. Très bien ! Mais qu'on leur fasse faire un tour et qu'au début du deuxième on leur foute la paix, grand Dieu ! Non bien sûr ! Alors ils font un deuxième tour au pas !

Les poules mouillées de la direction se disent « non, c'est dangereux la F1 sur l'eau ! »... Et hop ! un troisième tour ! Oui, y a besoin, « c'est quand même dangereux ! »... Quatre tours, cinq tours... « Pierrot, c'est toujours dangereux, là, non ? -Oh !... J'sais pas... Tu m'aurais demandé il y a 5 minutes j'avais peur, mais là j'commence à m'habituer à la pluie ! ». Mais ça continue, la queue leu-leu. La course sera lancée quand les poules mouillées auront des dents, et même des dents de sagesse ! Et puis finalement après 7 tours il pleut toujours autant mais comme la direction de course a finit par vaincre son appréhension, elle décide à lâcher les pilotes ! Les seuls qui dès le DEBUT n'avaient pas peur, c'était les pilotes eux-même, c'est marrant, hein ? Bravo !

Et tout de suite Palmer qui fracasse sa voiture ! Et d'un ! Allez une neutralisation ! Et puis Raikko qui se plante aussi ! Il vous fait encore rêver lui ? Moi il y a longtemps que je me suis réveillé...




Rosberg n'y arrive pas, il bloque tout le monde. Hamilton est bien obligé de faire une réclamation au bureau des pleurs, vu qu'on est sur un circuit où on ne peut pas doubler par soi-même, mais uniquement si le stand demande au coéquipier de se garer. Le message est passé, Hamilton aussi !

Tiens, au fait c'est Ricciardo qui est devant à l'aise.



Alors il s'est passé quoi d'autre ? Ben on a vu une belle brochette de ringards dans cette course, croyez-moi ! Y a eu Kvyat et l'autre Renault, là... Alors Kvyat qui déjà avant n'était pas vraiment Nobélisable... Non, y avait une poignée d'autres mecs avant sur la liste... Ensuite le Kvyat qui se fait virer de son écurie précédente parce qu'il est pas assez bon (rien que ça, la honte), il ne se dit pas qu'il faut qu'il mûrisse un peu... Non, il se dit dans son cerveau que ce qui l'a perdu c'est son manque d'audace, son manque de volonté, de vitesse ! Alors là, il faut mettre le paquet ! Vas-y mec, t'es l'meilleur ! C'est en fonçant tête baissée et yeux fermé qu'il pourra revenir en grâce !

Bon. What else ?

Les pilotes des Renault qui apprennent... Bon, ils apprennent, quoi ! Bon ça coûte quelques millions à chaque fois mais c'est pas grave les mecs... Et puis ça donne du travail à plein de gens, il faut penser à ça aussi.



Y a qui d'autre ? Oh ben y a Max ! Alors Max, deux conneries au même endroit le même week end ! Voilà la huitième merveille du monde qui redevient le merdeux de 18 ans qu'il est toujours ! C'est Ducasse qui redevient commis, c'est Botticelli qui redevient préparateur d'atelier, le Pape qui redevient curé !... Il est content ?? Moi je pense surtout au dirlo de Red Bull qui s'est précipité dans les poubelles de l'équipe pour voir s'il pouvait retrouver le numéro de Kvyat à tout hasard !

« Hé ! Ils sont passés les éboueurs ?? Ils passent à quelle heure en général ? »

Fermez-là, tous !



Et c'est pas fini : les Sauber ! Vous les avez vues les Sauber ou vous dormiez déjà ? Ou vous étiez sur Roland-Garros ? Non parce que le gars qui a voulu passer son propre coéquipier à la Rascasse alors qu'il était 30 mètres derrière, il faut l'exposer dans un cirque, lui ! Lui si on le fout en psychiatrie il va se sentir largué : trop d'intello !



Non mais c'est quoi tous ces mecs qui transforment le sport mécca le plus important en une compétition régionale ouverte aux amateurs ?? Rendez-nous Rottengater ! Rendez-nous Ghinzani et consort, ils étaient bon eux, au moins !

Tiens, à propos de cadors, qu'est-ce-que j'ai appris ? C'était qui le prof principal, ce dimanche ? Le mec qui décide de qui a bien piloté ou mal piloté et qui distribue les coups de pieds au cul ? Emanuele Pirro ! Non mais sans blague ! Entre les abandons et les non-qualification il a bien dû voir deux fois l'arrivé en 4 ans, lui ! Et pourquoi pas Max Pécas président du jury à Cannes ?




Non mais c'est ça le truc ! Si on part du principe que Jango Edwards n'a rien à foutre dans le jury du prix Goncourt ou Ribery dans celui du prix Fémina, qu'est-ce-que le Pirro vient foutre à la direction d'une course de voitures ?

Bon y a eu quoi d'autre ? Alors Red Bull qui appelle son pilote pour changer les pneus et les pneus qui sont pas là ! Encore une fois la F1 c'est l'Everest, c'est le toit du monde de la course, les techniques les plus à la pointe, les pilotes les plus affûtés (bon ça c'est plus valable, c'est fini), et les équipes les mieux entraînées !!... Et voilà que le monde entier se rend compte que c'est une équipe de COTOREP qui s'occupe des changements de pneus chez Red Bull !

« Jean-Philippe, quand le monsieur dans la voiture qui va vite va s'arrêter devant, là, il faudra apporter le pneu. Tu as compris ?

-Le peuneu.

-Oui Jean-Philippe, le pneu. »

Le temps que l'éducateur dise la même chose aux trois autres, Colgate était déjà là ! Alors forcément, Colgate est reparti derrière Machin ! Et comme on est à Monaco, à moins de passer par dessus ou à travers celui qui précède, il ne lui reste plus qu'à viser la victoire l'année prochaine ! Pour cette année, bien entendu, la victoire devra allez visiter la partie la plus charnue de son anatomie.

A part ça qu'est-ce-qu'on a vu d'autre ? Je sais plus...

Bon voilà...

Je suis fatigué.

Finalement c'est Machin qui a gagné. Rien de nouveau sous la pluie ! On a eu un peu d'action, des incidents, de la pluie, peut-être un peu de suspense... Et avec tout ça, c'est Machin qui décroche sa 44ème victoire... Au fait, son numéro c'est le 44... Et puis là, c'est sa 44ème victoire ! Tu suis ? Numéro 44 sur la voiture, et 44 victoires ! C'est cool, non ? Tu trouves pas ça extraordinaire, espèce d'insensible ??


Bon, on s'en tape bien sûr.

Et comme prévu le milliardaire qui fait la tronche quand il gagne pas (car un milliardaire qui ne franchit pas à la première place la ligne d'arrivée est un drame que personne n'oserait remettre en question), eh bien par contre quand il gagne il saute comme une puce en faisant bien le gros relou à la vue de tous les autres cons qui ont perdu ! Le gars qui en dehors de la course se montre obsédé par l'élégance physique n'a pas encore réalisé que l'élégance pouvait aussi se voir ailleurs... Quoique c'est valable aussi pour les autres !




Et si à Montréal il finit à une infamante 2ème place, vous le verrez faire une tête de réfugié politique ! C'est la grande classe, non ?


Et à côté de lui sur le podium, j'ai vu un autre gars, je savais pas qui c'était... Et après plusieurs minutes, mon Dieu ! c'est Ricciardo ! Ben ouais, on ne voyait pas ses dents ! C'était la première fois qu'on ne voyait pas ses dents, alors forcément je pouvais pas le reconnaître, je suis pas un surhomme avec un regard d'aigle !



Remarquez, je me mets à sa place : déjà que perdre une course quand c'est sa faute c'est dur, mais alors perdre la course la plus prestigieuse du monde qu'on avait largement en main à cause des mecs chargés des pneus qui n'ont pas su s'occuper des pneus, ça donne envie de filer des coups de casque !

Bon j'ai rien d'autre à dire, je suis fatigué et j'ai faim. Zut j'ai déjà mangé...

Salut à vous tous les amis, et aussi les amis de l'ex-maison Froissart s'il y en a, vu qu'elle a fermée  et qu'il a bien dû y avoir quelques transferts, même silencieux!

A bientôt !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire